Anne Laure Childz, la prévention de la santé physique et mentale des salariés : un atout indispensable pour l’entreprise

Anne-Laure Childz, salariée de la Société Interprofessionnelle de Services (S.I.S), vient apporter ses nouvelles compétences au service des chefs d’entreprise et de leurs salariés en tant que Psychologue du travail.


La santé des salariés fait aussi celle de l’entreprise

Depuis le 1er janvier 2021, Anne-Laure Childz occupe les fonctions de Psychologue du Travail au sein du pôle APE (Accompagnement Psychosocial des Entreprises) de la S.I.S. A ses yeux, aucun doute, intégrer cette prestation de service social relève du travail d’équipe.  Anne-Laure souligne, « avec l’aide du Gérant et du Directeur, nous réfléchissons et sondons les besoins des différentes entreprises en termes d’accompagnement et de prévention de la santé physique et mental des travailleurs en entreprise. Nous devons également prendre en considérations les offres du Réseau des Services Sociaux Interentreprises de France, le RESSIF ».

Pour Anne-Laure, le rôle de la S.I.S dans la prévention des risques psychosociaux (RPS) en entreprise apparaît comme une certitude : « nous avons un rôle déterminant à jouer auprès de nos clients ainsi qu’auprès des adhérents de l’UE57. Dans le cadre de la prévention des RPS nous intervenons par le biais d’audits, de diagnostics RPS et de modules de sensibilisation afin de comprendre l’organisation du travail, les conditions de travail et l’implication des salariés. Nous proposons des accompagnements individuels pour les salariés qui expriment des problèmes de santé et notamment de santé mentale au travail ». Dans le but d’améliorer les conditions de travail des salariés et du chef d’entreprise, les actions de la S.I.S se déclinent sous forme de permanences sur site, de consultations téléphoniques ou d’entretiens à distance dans le cadre de la crise sanitaire.

Anne-Laure nous explique l’impact des conditions actuelles sur les chefs d’entreprise et leurs salariés. « Cet éloignement des entreprises est très compliqué pour beaucoup de salariés. De nombreux individus souffrent de l’absence d’un cadre de travail et de contacts sociaux avec leurs collègues ou leur hiérarchie. De plus, si la personne vie seule et qu’elle n’a pas de cellule familiale, l’isolement est amplifié. Nous avons pu observer une perte de sens du travail. Les salariés se sentent parfois seuls face à leurs difficultés professionnelles, ils échangent moins avec leurs collègues pour répondre à une problématique. Pour plusieurs d’entre eux, les conditions de travail sont dégradées : ils travaillent dans leur cuisine ou sur un coin de la table. De plus, la présence du conjoint et des enfants augmente les difficultés de concentration. Les amplitudes horaires de travail sont extrêmement élastiques et il n’est pas rare que certaines personnes travaillent tard le soir car elles n’ont pas eu le temps de travailler correctement pendant la journée. »

L’isolement, la solitude, la charge de travail importante et l’éloignement du collectif de travail sont autant d’éléments pouvant avoir un impact négatif sur l’individu. La créativité du salarié est elle aussi mise à dure épreuve. Anne-Laure le rappelle : « le contexte socio-économique et sanitaire actuel a un impact fort sur la créativité des travailleurs qui est nécessaire pour produire un travail de qualité. La créativité émerge d’une multitude d’intelligences. Seul devant son ordinateur, c’est plus compliqué d’être créatif ».

Heureusement, il existe de nombreuses pratiques pour combattre l’isolement et faire face à cette période exceptionnelle. De manière préventive, les salariés peuvent ainsi être alertés sur les différents signes d’une situation de mal-être et être encouragés à consulter par téléphone ou sur rendez-vous afin de comprendre par eux-mêmes ce qu’ils sont en train de vivre. Anne-Laure précise, « l’informel est nécessaire voire indispensable à la bonne vie d’un collectif. Je conseille aux salariés de multiplier les contacts formels et informels avec leurs collègues de travail afin de préserver le lien social »

De manière curative, lorsque le salarié présente des troubles importants (troubles du sommeil, crises d’angoisse…), le Psychologue du travail débute un accompagnement basé sur l’écoute active et compréhensive et le soutien. Le salarié pourra verbaliser ses inquiétudes et trouver des leviers afin de dépasser la situation de mal-être. Anne-Laure souligne, « la base de mon métier est le rapport subjectif que l’individu entretient avec son travail ».

Passionnée et en quête de nouvelles compétences

Les débuts d’Anne-Laure Childz au sein de la S.I.S remontent à plus d’une dizaine d’années où elle intégrera les équipes en tant qu’Assistante de service social pour répondre aux besoins des entreprises en termes de santé au travail. Trois années après avoir intégré la S.I.S, Anne-Laure prendra parallèlement les fonctions de Correspondante Qualité. Cette prise de poste fera suite à la certification ISO 9001 du RESSIF dont la S.I.S est l’un des membres fondateurs. « Cette certification a été mise en place pour garantir à nos clients une continuité de qualité de service. Le RESSIF avait alors besoin d’une personne dans chaque service social pour faire vivre la qualité au sein du service » précise Anne-Laure.

Avec ce souhait permanent d’acquérir de nouvelles connaissances, Anne-Laure décide en 2015 de reprendre ses études au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) en cours du soir durant son temps libre. Elle nous explique : « ma formation d’Assistante sociale me permettait difficilement de comprendre les difficultés des entreprises et de leurs salariés en termes de mal-être au travail. Depuis une quinzaine d’années, nous avons observé de fortes mutations au sein des entreprises et de leur organisation de travail. Cela a eu une incidence sur les individus ».

Passionnée par l’accompagnement en matière de santé mentale au travail, Anne-Laure obtient le titre de Psychologue du Travail délivré par le CNAM en juin 2020. C’est ainsi qu’elle en fit part au Directeur et au Gérant de la S.I.S. S’organisèrent par la suite à plusieurs reprises des temps de travail pour établir une stratégie d’intégration de ces nouvelles prestations au catalogue déjà bien étoffé des prestations de la S.I.S (prestations de service social, formations, projets relatifs à l’Inclusion…)

La santé de l’entreprise étant étroitement liée au bien-être du chef d’entreprise et de ses salariés, l’objectif premier pour Anne-Laure Childz est désormais de soigner le rapport que chacun entretient avec son travail.